Jean-Philippe NILOR
DÉPUTÉ DE MARTINIQUE
Page d'accueilPlan du siteContactsAjouter aux FavorisEnvoyer à un ami
search_left
 

vign_Logo_MIM

COLLECTIVITÉ TERRITORIALE MARTINIQUE

Lè-a rivé... Matinik lévé !!!

Les rendez-vous Jean-Philippe NILOR



vign_Logo_MIM

COLLECTIVITÉ TERRITORIALE MARTINIQUE

Lè-a rivé... Matinik lévé !!!

Les rendez-vous Jean-Philippe NILOR


 
"Le choix du peuple aujourd'hui pour demain"
 
 

"Sainte-Luce

Ansanm Ansanm pour le Vrai changement"

 
Internautes de Martinique et d’ailleurs, 
 
Bèl bonjou pa kôté  Matinik !!!  Kontan wè zot !!!
 
Bienvenue sur mon site, Bienvenue sur VOTRE site!
 
Les législatives 2012 ont constitué une échéance majeure, un rendez-vous déterminant entre vous et moi.
 
Pour préparer ce grand moment, nous avions élaboré cet outil qui a été un lien entre nous.
 
Un lien d’information qui vous a aidé à faire votre choix en toute confiance, en toute conscience.
Un lien d’échanges, à l’instar du formulaire de contact, et du livre d’or mis à votre disposition et que vous avez régulièrement utilisé. et que vous continuerez à utiliser.
 
Sur ce site que nous avons voulu convivial, simple et interactif, nous avons avancé ensemble depuis la présentation officielle de ma candidature, en passant par les réunions de quartiers, les visites de terrain et les conférences que j'ai eu l'honneur et le plaisir d'animer.

Les élections terminées, nous poursuivrons le chemin et maintiendrons ce lien établi entre nous.
Tout ce que vous n'avez pas vu, tout ce que vous n'avez pas entendu, vous sera ici relaté.
 
Aujourd'hui pour demain "ANSANM ANSANM", faisons  en sorte que dans notre pays et dans le monde,  le Pouvoir de l’Amour triomphe de l’Amour du Pouvoir...
 
Bonne visite !
 
Tjenbé rèd !!!
 
Jean-Philippe NILOR
 

La relève d'un parti

Jaillissant de nulle part, il monte sur les remparts,
Etudiant toutes les les tares qui induisent un retard.
Accrochant les idées d'un leader déclaré,
N'a pas raté l'entrée de la grande assemblée.

Patriote et fidèle il refuse l'habituel,
Habité de modèles qui le confortent rebelle.
Imposant son langage l'on découvre un visage,
Livrant tous ses messages pour un autre héritage.
Invitant ses amis à plus de modestie,
Propose son énergie pour forcir son parti.
Passionné et hardi, il évite trop de bruit
Edifiant un esprit pour en faire un semis.

Nanti de ses atouts il affronte les verrous
Il ne souhaite pas le flou pour un pays debout.
Louchant vers un statut, il combat les abus
Observant cette tribu fidèle à ses écus,
Redonnant aux exclus l'espoir d'être défendus.

"La politique peut permettre de rêver
                        mais elle peut aussi nous aider à construire"

Luc ANDRE

   

 

 MES DERNIÈRES ACTUALITÉS

28 Juin 2015
Vign_DSC_0972

LE VAUCLIN EN FÊTE AUTOUR DE SON MAIRE

Traditionnelle fête patronale de la ville du Vauclin ce dimanche 28 juin 2015 placée sous le thème de femmes  et d'hommes du pays. A l'invitation du maire Raymond OCCOLIER et du conseil municipal la manifestation a fait la part belle aux anciennes gloires du Club Sportif Vauclinois en présence du Député de Martinique Jean-Philippe NILOR, président d'honneur, des nombreux invités et surtout les associations de la commune, véritables ciment autour de leur Maire.

27 Juin 2015
Vign_DSC_0964

RÉUSSITE AU  LYCÉE MONTGERALD

C'est la période des récompenses scolaires et le lycée Montgérald du Marin n'a pas dérogé à la règle avec sa cérémonie ce samedi 27 juin 2015 au Hall des sports de SAINTE-LUCE.

Présentation des travaux des différents ateliers animés par les lycées durant l'année. Bélé pour certains, poésie pour d'autres autant d'attractions qui ont agrémenté la manifestation. Pour sa part, notre Député Jean-Philippe NILOR, a tenu à récompenser la ténacité d'un lycéen méritant qui, par sa seule volonté et au-delà des difficultés rencontrées,  a su briller par ses résultats ; exemplarité à suivre.

Divini péyi-a !!!

24 Juin 2015
Vign_DSC_0956

REMISE ANNUELLE DE PRIX AU COLLÈGE DE SAINTE-LUCE

A la veille du Diplôme National du Brevet des Collèges qui débute aujourd'hui jeudi 25 juin, le collège de SAINTE-LUCE et sa principale, Madame Maryse DEMAR, ont récompensé les collégiens les plus méritants en présence des parents et du Député de Martinique, Jean-Philippe NILOR.  Une année gratifiée tant sur le plan des résultats, du comportement que de l'implication dans la vie scolaire puisque plusieurs prix ont été décernés :  concours géo-science, section ULIS * et meilleurs moyennes de l'établissement.

Récompenser pour reconnaître les efforts fournis lors d'une manifestation honorée depuis toujours par Jean-Philippe NILOR,  puisque ne l'oublions pas, il a été Conseiller Général de SAINTE-LUCE durant de très nombreuses années et s'est régulièrement impliqué dans la vie scolaire de l'établissement. Une occasion pour lui de prodiguer des encouragements nourris aux élèves et à l' équipe pédagogique dans son ensemble.

Souhaitons au collège un taux de réussite maximal  au Brevet. avant des vacances bien méritées pour nos élèves.

An bel fos ba jénes nou-an !!!

(*) Unités Localisées pour l'Inclusion Scolaire : dispositifs collectifs constituant une des modalités de mise en œuvre de l’accessibilité pédagogique pour des élèves en situation de handicap.

 

23 Juin 2015
SÉRIE DE QUESTIONS ÉCRITES AU GOUVERNEMENT   
 
LA PROBLÉMATIQUE DE L’OBÉSITÉ EN MARTINIQUE
 
M. Jean-Philippe Nilor interroge Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur «l'épidémie » d'obésité qui touche la Martinique. En effet, le dernier rapport de l'Organisation mondiale de la santé indique le risque de voir l'obésité se développer d'ici 2030 en France. La Martinique mène une bataille difficile et inégale contre l'obésité. 55,6 % de la population est en surcharge pondérale, 22 % obèse et 20,9 % des enfants âgés de 3 à 15 ans sont en surpoids (obésité incluse). Ces chiffres sont les conséquences des comportements alimentaires,
qui sont en partie responsable de l'obésité qui touche les habitants de la Martinique. L'obésité est un grave problème de santé publique car elle est à l'origine de nombreuses complications (hypertension, troubles cardiovasculaires, diabète et même cancer) qui entraînent une surmortalité et touche les personnes de plus en plus jeunes. La situation est alarmante dans notre région, d'autant plus que lorsqu'elles sont appliquées (ce qui n'est pas toujours le cas) les mesures législatives prises pour réduire la quantité de sucre dans les produits laitiers et les sodas bien plus élevée
qu'en métropole, ne suffisent pas. Il est informé qu'un arrêté des ministres chargés de la santé, de la consommation, de l'agriculture et des Outre-mer déterminant la liste des denrées concernées serait en cours de rédaction en application de l'article L. 3232-6 du code de la santé publique. Compte tenu de l'urgence et de l'acuité de ce problème majeur de santé publique, il demande les raisons objectives de ce retard de publication et quelles sont les intentions du Gouvernement pour mettre en place un véritable plan de lutte efficace contre ce fléau.

 

UN CYCLOTON EN MARTINIQUE ET EN GUADELOUPE : QUEL COÛT POUR NOS HÔPITAUX ?

M. Jean-Philippe Nilor alerte Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur les conséquences de l'installation de deux cyclotrons dans les Antilles-Guyane. La mise en place d'un cyclotron en Guadeloupe et en Martinique aura de lourdes répercussions financières pour les CHU des Antilles déjà lourdement endettés. Le financement d'un tel équipement s'avère onéreux et non rentable s'il ne couvre pas plus d'un million d'habitants. L'État devra donc prendre à sa charge le remboursement de ces examens par la sécurité sociale estimé à 300 euros supérieur au tarif de référence par les professionnels. Deux rapports d'experts objectifs commandés par son ministère préconisent l'implantation d'un cyclotron inter-régional en Martinique et d'un TEP scanner dans chaque territoire et ce en s'appuyant sur : la réalité médico-économique, l'état d'avancement des dossiers en cours, les liaisons aériennes directes entre la Martinique et la Guyane et la position géographique centrale de la Martinique qui garantit dans les délais la distribution vers les TEP scanner des trois régions et d'autres îles de la Caraïbe. Les directeurs des CHU de Guyane, Guadeloupe et de Martinique sont unanimes pour une implantation du cyclotron en Martinique. Il lui demande donc de bien vouloir rendre publics les rapports précités, comment elle compte financer ces dispositifs dans le cas d'une implantation en Martinique et en Guadeloupe, aussi comment elle financera les coûts d'investissement et de fonctionnement excessivement élevés qui seront nécessairement induits par une telle décision.

 

QUEL DEVENIR POUR L'ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIÉTÉ ?

M. Jean-Philippe Nilor appelle l'attention de Mme la ministre des outre-mer sur les préoccupations s'agissant du dispositif prévu à l'article 199 undecies C du CGI depuis le 1er juillet 2014. En effet il dénonce non seulement un réel frein à la mise en place de l'accession sociale à la propriété mais aussi à la fin de non-recevoir des collectivités locales en raison d'absence de subventions prévues dans le cadre de ce dispositif, au seul motif que « la priorité est donnée aux plus défavorisés ». L'avantage fiscal au terme de la période de défiscalisation était rétrocédé soit à l'organisme de logement social soit à des personnes physiques éligibles au plafond du PLSA, leur permettant ainsi de devenir bénéficiaires d'un dispositif d'accession sociale à la propriété. Il s'interroge sur la pérennité de l'accession sociale à la propriété et estime que la ligne budgétaire unique s'axe sur les projets de type LLTS ou LLS. C'est pourquoi il préconise de procéder à une adaptation locale des dispositifs ou règlements de certains textes d'application afin de favoriser une mise en oeuvre adaptée aux réalités locales ; un amendement excluant l'obligation de financement à hauteur de 5 % de subventions publiques cédés à des personnes physiques dans le cadre du I 7ème de l'art. 199 undecies C du CGI résoudrait toutes ces problématiques. À défaut d'une telle adaptation, les projets d'accession sociale à la propriété ne pourront pas obtenir de subvention publique et ne seront donc, pas éligibles au dispositif de défiscalisation. Aussi il lui demande de bien vouloir lui indiquer comment elle entend trouver une issue à cette situation particulièrement délicate pour permettre de satisfaire la demande des foyers modestes de Martinique à accéder à la propriété.

20 Juin 2015
Vign_DSC_0938

CTM : NOUVELLE ÉTAPE  POUR NOTRE DÉPUTÉ, JEAN-PHILIPPE NILOR, AU QUARTIER MORNE GOMMIER LE MARIN

Ce samedi 20 juin 2015, face à une assemblée de personnes venue échanger sur la question de la futur Collectivité Territoriale de Martinique, un Député de la circonscription, très pédagogue dans un rôle qui lui sied. Explications claires agrémentées d'un support audiovisuel riche et juste efficace, que nous devons à  François SCARON. 

Au-delà d'un jeu de questions-réponses, ces rencontres sont de véritables cercles de débat où chacun intervient à son niveau, "l'essentiel étant de repartir avec des explications attendues dans un esprit clair" dixit Jean-Philippe NILOR.

Des échanges qui ne seraient possibles sans l'implication de personnes tel que José MIRANDE, les époux DELBOIS à qui nous adressons nos remerciements pour la mise à disposition de la salle et le Conseiller Général de Martinique, Lucien ADENET, ce dernier intervenant au gré de l'avancée des débats et  formant un tandem on ne peut plus actif avec notre Député.

Mèsi an pil !!

16 Juin 2015
LE GOUVERNEMENT RÉPOND AUX INQUIÉTUDES DE NOTRE DÉPUTE

 TEXTE DE LA QUESTION 

 
M. Jean-Philippe Nilor interroge M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement au sujet de l'application effective des dispositions prévues dans la loi visant à garantir la qualité de l'offre alimentaire dans les outre-mer. En effet, cette loi était très attendue par les consommateurs d'outre-mer car elle satisfait un double objectif : d'une part, elle répond à un enjeu de santé publique en prohibant la distribution dans les outre-mer des produits alimentaires dont la teneur en sucre est supérieure à celle d'un même produit vendu
dans l'hexagone. D'autre part, elle garantit une meilleure transparence ainsi qu'une meilleure traçabilité en interdisant les dates limites de consommation et les dates limites d'utilisation optimale des produits, plus tardives dans les outre-mer que dans l'hexagone. Aujourd'hui, deux ans après que la loi ait été promulguée, nul n'est en capacité d'affirmer que cette loi est appliquée par les industriels et les distributeurs, et que les produits vendus en outre-mer et en hexagone sont homogénéisés. Aussi, il apparaît que les arrêtés ministériels d'entrée en vigueur de ce texte tardent encore. Il lui demande quelles mesures concrètes il entend déployer afin de veiller à l'application de la loi n° 2013-453 du 3 juin 2013, ainsi qu'au respect des droits des consommateurs d'outre-mer.

TEXTE DE LA RÉPONSE

La fréquence de l'obésité et du surpoids est sensiblement supérieure dans les départements d'outre-mer à celle observée en métropole. Elle s'accompagne d'une accentuation des pathologies associées : hypertension artérielle, diabète, maladies cardio-vasculaires. Cette situation exige une mobilisation renforcée des pouvoirs publics ainsi que des professionnels de l'alimentation, au regard des conséquences de l'obésité, notamment en termes de maladies cardiovasculaires et de diabète : il importe d'améliorer la qualité nutritionnelle de l'offre alimentaire et de favoriser des comportements alimentaires plus favorables à leur santé. Afin de répondre à cette problématique, des entreprises locales ont signé des chartes d'engagements de progrès nutritionnel dans le cadre du programme national nutrition santé (PNNS) portant sur la réduction de la teneur en sucres et en sel de leurs produits, afin d'améliorer la qualité nutritionnelle des produits mis en vente. Au-delà de ces démarches individuelles, le législateur a souhaité rétablir une égalité entre les citoyens français en ce qui concerne les teneurs en sucre ajouté des produits alimentaires dans le cadre de la loi n° 2013-453 du 3 juin 2013 visant à garantir la qualité de l'offre alimentaire en Outre-mer. Ces dispositions sont codifiées dans deux articles du code de la santé publique. L'article L. 3232-5 concerne l'harmonisation des teneurs maximales en sucres ajoutés des denrées distribuées dans les Outremer par les mêmes enseignes qu'en métropole. L'article L. 3232-6 vise les produits non distribués en métropole pour lesquels l'harmonisation doit se traduire en comparant leur teneur en sucres ajoutés respective avec celle la plus élevée constatée dans les denrées similaires distribuées en métropole. À ce titre, un arrêté des ministres chargés de la santé, de la consommation, de l'agriculture et des Outre-mer qui détermine la liste des denrées concernées est en cours de rédaction. L'arrêté précité sera pris par le ministère en charge de la santé, en application de l'article L. 3232-6 du code de la santé publique, pour limiter la teneur en sucres ajoutés pour les produits commercialisés en Outre-mer mais non distribués par les mêmes enseignes en France hexagonale. S'il constitue une avancée majeure, il ne sera pas suffisant, à lui seul, pour réduire les différences de fréquence d'obésité ou de diabète entre métropole et départements ultramarins. L'amélioration de l'offre doit en effet s'accompagner d'actions d'information et d'éducation alimentaire qui permettent de favoriser des comportements alimentaires adaptés, et ce, dès le plus jeune âge. Le ministère en charge de l'agriculture, notamment au travers du programme national pour l'alimentation (PNA), met en place et soutient de nombreuses actions d'éducation à l'alimentation auprès des jeunes : développement des classes du goût à La Réunion, déploiement de la formation plaisir à la cantine en Martinique et Guadeloupe, participation à la généralisation du programme « écoles carambole » en Guadeloupe, Guyane et Martinique, amélioration des comportements alimentaires des plus jeunes élèves par la prise de petits-déjeuners équilibrés en Guyane, développement de cours de cuisine et de jardins potagers... L'article 3 de la loi n° 2013-453 du 3 juin 2013 visant à garantir la qualité de l'offre alimentaire en Outre-mer rétablit par ailleurs l'équité en matière d'étiquetage de la date indiquant le délai dans lequel une denrée alimentaire doit être consommée. Pour une denrée distribuée en Outre-mer, ce délai ne peut ainsi pas être plus long que pour la même denrée distribuée en métropole.


16 Juin 2015
 

MISE EN PLACE DE L’UNIVERSITÉ DES ANTILLES

Intervention du Député Jean-Philippe NILOR en séance publique de lecture définitive de la mise en place de l'Université des Antilles après passage au Sénat. favorable au système d'unique "tickets" pour l'élection des vices présidents de pôles mais rejetée par le gouvernement.

 

13 Juin 2015
Vign_DSC_0939

JEAN-PHILIPPE NILOR DÉCORTIQUE  LA COLLECTIVITÉ DE MARTINIQUE 

Comme à son habitude, Jean-Philippe NILOR prend son bâton de pèlerin et va à la rencontre des Martiniquais.

Deuxième édition d'une longue série de réunions à venir, après le SAINT-ESPRIT le mois dernier, notre Député et tête de section du Sud dans la campagne pour la Collectivité Territoriale de Martinique, s'est arrêté au quartier "Petite Anse" aux ANSES D'ARLETS.

Expliquer pour comprendre les rouages de l'élection, les enjeux pour la Martinique à une assemblée venue en nombre dans le local club du quartier ce samedi 13 juin 2015. Analyser avec minutie, rendre moins complexe l'élection et surtout porter les éléments à une population en quête de réponses.

Des réunions à l'échelle de la circonscription relayées par d'autres menées par les différents Komité Patriyiot du MIM qui visiblement attirent une foule au delà du secteur du Komité Patriyiot DAT (Diamant/Anses d'arlets/Trois-Îlets) organe représentatif du MIM.

Informer...Éduquer...Informer...Organiser et RASSURER.

10 Juin 2015

UN CYCLOTRON EN MARTINIQUE ET EN GUADELOUPE ? JEAN-PHILIPPE NILOR INTERROGE LE GOUVERNEMENT

 
 
Madame la Ministre de la santé,

J’associe à ma question mes collègues MARIE-JEANNE et AZEROT,

Dans le domaine du Cancer, le recours a un cyclotron, couplé à des TEP SCANNER, outil de diagnostic, est aujourd’hui incontournable en France.
La Guadeloupe, la Guyane et la Martinique sont les seules régions à demeurer à ce jour dépourvues de ce type d’équipement, malgré le vieillissement démographique et le foisonnement des cancers.
Le Président de la République, en visite de soutien aux Présidents des Conseils Régionaux de Martinique et de Guadeloupe, a promis à chacun d’entre eux, à 24 heures d’intervalle, un cyclotron.
Alors qu’en France, on compte un cyclotron pour cinq TEP SCANNER (soit 4 Millions d’habitants), l’hypothèse d’un cyclotron par territoire (de 400 000 habitants) exige un investissement de 12 millions d’euros (voire 18 s’il en faut un aussi pour la Guyane) et surtout, induit un déficit d’exploitation structurel et exponentiel.
L’Etat, acceptera t- il que la sécurité sociale supporte le remboursement de ces examens à un coût dépassant de 300 euros le tarif de référence ?
Il est permis d’en douter et d’autres besoins en santé, déjà en souffrance, risquent alors d’être sacrifiés !
Pourtant, deux rapports d’expert commandés par votre ministère préconisent l’implantation d’un cyclotron inter-régional en Martinique et d’un TEP SCANNER dans chaque territoire, et ce en s’appuyant sur :
- la réalité médico-économique,
- l’état d’avancement des dossiers en cours,
- les liaisons aériennes directes entre la Martinique et la Guyane,
- la position géographique centrale de la Martinique qui garantit, dans les délais, la distribution vers les TEP SCANNER des trois régions et d’autres îles de la Caraïbe.
Pour éviter que toute nouvelle querelle mortifère prolifère entre nos régions, comme ce fut le cas pour l’Université des Antilles ; Madame la Ministre, entendez-vous rendre publics les rapports objectifs précités et mettre fin cette confusion entretenue?
26 Mai 2015
LE MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES RÉPOND A JEAN-PHLIPPE NILOR
 
TEXTE DE LA QUESTION
 
M. Jean-Philippe Nilor attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la nécessité d'autoriser l'Heberprot-P, le seul traitement médical au monde conçu par des laboratoires cubains et efficace contre l'ulcère du pied du diabétique. Le nombre de personnes touchées par le diabète est malheureusement en constante évolution en France. Si la prévalence du diabète atteignait 4,4 % de la population sur le territoire français en 2009, cette dernière atteignait 8,8 % de la population à la Réunion, 8,1 % de la population en Guadeloupe, 7,4 % de la population en Martinique et 7,3 % de la population en Guyane. De ce fait, le diabète a été identifié en Martinique comme étant une des priorités de santé publique et inscrit au coeur du plan stratégique régional de santé 2011-2015 de l'ARS (Agence régionale de santé). Maladie difficilement traitable et récidivante, le diabète provoque des lésions dites du « pied diabétique » qui ont un coût considérable s'élevant à près de 11 milliards d'euros. Le diabète a été reconnu comme étant la deuxième cause d'amputation, solution extrême dont le coût moyen s'élève approximativement à 64 000 euros. Et aucune alternative viable n'a été présentée à ce jour en France. Présenté au sein de l'Organisation panaméricaine de la santé à Washington en 2014, l'Heberprot-P est
reconnu depuis 3 ans comme seul traitement efficace avec plus de 100 000 patients traités à ce jour contre l'ulcère diabétique du pied. Il est actuellement breveté dans plus de 30 pays dont 14 de l'Union européenne et susceptible d'être disponible dans plus de 50 d'ici à 2015. À terme, il pourrait venir en aide à toutes les personnes souffrant du diabète et réduire le nombre d'amputations liées à cette maladie. Or l'HeberProt-P n'est pas autorisé en France. Il est difficilement concevable que la Martinique située au sein du bassin caraïbéen ne puisse bénéficier de l'avancée médicale d'un pays situé à peine à quelques kilomètres. Il lui demande si une procédure d'autorisation de test clinique est actuellement en cours pour les malades situés dans les zones les plus touchées comme la Martinique par le diabète, et d'accélérer la commercialisation du médicament et l'inscription sur la liste des soins remboursables.

TEXTE DE LA RÉPONSE

Le vaccin HeberProt-P, facteur de croissance recombinant (rhEGF) dans l'ulcère du pied diabétique, développé par un laboratoire cubain, n'a à ce jour, ni obtenu d'autorisation de mise sur le marché (AMM), ni fait l'objet d'une telle demande, que ce soit au niveau européen ou au niveau national. Quelques publications dans la littérature, essentiellement cubaine, font état de ce vaccin. Pour autant, il est difficile, à ce stade, de se faire une opinion sur ce produit en l'absence de données suffisantes concernant la qualité pharmaceutique, la sécurité et l'efficacité de celui-ci et au regard du faible nombre d'études disponibles. Enfin, il peut être ajouté que d'autres firmes sont impliquées dans le développement de cette piste thérapeutique. En ce sens, une demande d'avis scientifique a été adressée à l'agence européenne du médicament (EMA) en 2011 et un essai clinique de phase 3 a été effectué en Corée du Sud sur un produit similaire, mais dont les résultats n'ont pas fait l'objet de publication.

Jean-Philippe NILOR
épi étjip-li
Kontan wé zot !!!

Météo Fort de France © meteocity.com

"Mon Député & Moi"

RENDEZ-VOUS À VENIR

---------------


vign1_Logo_MIM

 Collectivité Territoriale

 Martinique

-----

Kouté pou tann

Tann pou konprann

Konprann pou aji

-----

Jean-Philippe NILOR

à la rencontre de la population


vign1_Logo_MIM

 Collectivité Territoriale

 Martinique

-----

Kouté pou tann

Tann pou konprann

Konprann pou aji

-----

Jean-Philippe NILOR

à la rencontre de la population

Prochains

rendez-vous


Vendredi 03 juillet

19H00

Salle RAVIN

Quartier Monésie

SAINTE-LUCE

----

Samedi 04 juillet

19H00

Foyer Rural

Lourdes

DUCOS


Vign_20150124_144210

SUD HORIZON N°1

L'Activité Parlementaire de Jean-Philippe NILOR 

1er numéro du journal de votre député

A TÉLÉCHARGER

JOURNAL DU DEPUTE JEAN-PHILIPPE NILOR

VŒUX 2015

Jean-Philippe NILOR

Vign_Photo_JPN

"L’espoir ne pourra renaître que si nous acceptons que la SAGESSE, l’INTELLIGENCE, l’HUMILITÉ et l’APAISEMENT guident au quotidien chacune de nos pensées, de nos attitudes et de nos actions.

Souhaitons modestement que l’année 2015 nous permette de cheminer et d’avancer ensemble vers plus d’HUMANITÉ, de JUSTICE, de MORALITÉ, de RESPECT et de DIGNITÉ…

Tout simplement, vers plus d’AMOUR.

C’est, à mes yeux, le cadeau le plus précieux que nous pouvons dès à présent offrir aux générations futures.

Tjenbé rèd,
épi moli titak tanzantan yonn ba lòt
pou nou palantjé péyi-a

Respectueusement,"

Jean-Philippe NILOR


Jean-Philippe NILOR

Epi pèp-la

Ba pèp-la

Andidan pèp-la

 


Jean-Philippe NILOR

Epi pèp-la

Ba pèp-la

Andidan pèp-la

 

© 2012/2015 - Jean-Philippe NILOR